Témoignage de Florent sur l’Asie et l’Australie

Interview d’un voyageur routard

 

Bonjour, j’accueille Florent aujourd’hui qui va nous parler de ces voyages, nous nous sommes rencontrés lors de notre pvt en Australie.

 

Peux tu te présenter à nous et ton parcours voyage ?

J’ai 27 ans, je suis d’un naturel plutôt réservé, mais j’adore aller à la découverte des gens, de leur façon de vivre et des richesses naturelles de la planète. Je dois tout ça à mes parents je crois, dont j’ai admiré les voyages qui me semblaient de vraies aventures à l’époque ! Mais le virus du voyage m’a vraiment piqué lors de mon année d’échange à Pékin, plus particulièrement au retour.

 
Vu que nous nous sommes rencontré en Australie, peux tu partager ton expérience du voyage en Australie? Racontes nous en quelques phrases.

À mon arrivée à Sydney, j’ai acheté une voiture, travaillé puis suis partir 3 mois en voyage avec des compagnons rencontrés par Couchsurfing dont toi !
L’ Australie est sans doute LE pays le plus accueillant et le mieux pourvu en infrastructures que j’ai visité ! Les gens sont certes prêts à aider, ils ne sont pas farouches, et les diverses communautés réparties sur l’ensemble de cet immense territoire ont créé un réseau d’entraide et d’installations pour les voyageurs : eau potable, places de camping, toilettes voire douche et électricité ! Sans oublier les fameux barbecues !

 

Quels sont les endroits que tu as préféré et le moins apprécié?!

Malgré les mouches, j’ai adoré l’Outback (c’est comme ça que l’on appelle l’intérieur des terres en Australie)! Pour la sensation de liberté et d’infini. J’ai beaucoup aimé l’arrière pays du Nord de la côte est, très verdoyant. Évidemment la côte elle-même est fantastique, mais j’ai tendance à éviter les foules
Nous avons aussi voyagé ensemble en voiture, pendant 2semaines!

 

Peux tu expliquer un peu ce que l’on a fait aux autres (la façon de vivre, nos activités comment on s’est débrouillé, le budget, hébergement, etc)?

Nous sommes partis d’Adélaïde direction le centre rouge ! À 4 dans un gros break rempli comme un œuf, nous roulions une bonne partie de la journée, et nous nous arrêtions dès que nous voyions quelque chose qui semblait en valoir le coup d’œil, ou dès que l’un de vous (les passagers, moi je gardais le volant bien en mains) trouvait un point d’intérêt dans son guide. D’après mes souvenirs, nous essayions d’estimer à peu près où nous serions à une semaine de distance, et chaque soir discutions de programme du lendemain, en veillant à garder de la place pour l’improvisation. Mais à ce moment-là, sur la Stuart Highway, les possibilités de se perdre ou de trouver des chemins originaux sont limitées !

 

Quel est le conseil que tu peux nous donner sur l’Australie?

Protégez-vous des insectes avec des moyens naturels, pas des bombes aérosols ! (private joke entre nous !)
Plus sérieusement, prenez le temps d’être surpris, rencontrez les gens, sortez des sentiers battus. Soyez aussi honnêtes et aimables. Le voyage peut être dur parfois, stressant, voire dangereux ou au moins réserver des surprises désagréables. Soyez prévoyants sans vous accrocher à un planning ou à vos certitudes !

 

Après l’Australie, on va parler de l’Asie que tu affectionnes ! Quel est le pays que tu as préféré ?

Il y a un pays que j’affectionne tout particulièrement, mais nous en parlerons sans doute plus tard. J’ai adoré la Mongolie, là où le virus du voyage dont je parlais plus haut m’a été inoculé. Je suis revenu de Pékin par le train, et j’ai passé deux semaines en Mongolie sur le chemin. J’ai adoré ! les plaines, les nomades et leurs chevaux, un mode de vie on ne peut plus proche de la nature, au grand air, en liberté ! Et des paysages bien plus riches et divers que je n’avais imaginé !
Puis le Laos, spécialement le Nord et ses montagnes, ses forêts très vertes et intenses, et ses petits villages où la vie semble couler lentement. Les gens vivent à l’écart du tumulte du monde, mais pour encore combien de temps ?

 

Comment voyages-tu en Asie ?

En Asie, ce que je préfère, ce sont les bus couchettes ! On n’a pas ça en Europe, mais en une nuit on parcourt des centaines de kilomètres, c’est (souvent) confortable, on est bercé, et en plus, ce qui n’est pas négligeable quand on est backpacker, on économise une nuit d’hôtel !

Sinon je voyage en bus, le plus souvent, ou en train. En Chine, le service de couchettes est remarquables, mais quelques fois, faute de places disponibles, j’ai dû me contenter du confort « assis dur ». J’ai fait une fois Canton-Chongqing, plus de 3000 km en faisant des détours par les coins reculés du Guangxi et du Guizhou, assis sur un banc en bois. 36 heures… outch !

 

Quel est l’endroit que tu nous conseillerais?

Pour un moment de détente, Siphan Don, les chutes du Mékong tout au sud du Laos. De nombreuses cascades, de petits cabanons à louer pour la nuit, le bonheur !

 

Te vois tu vivre dans un pays en Asie ? Quel est ton meilleur souvenir de voyage ?

De plus en plus, oui. Pour moi, ce n’est pas tellement le lieu qui est important, c’est ce qu’on y fait, être en harmonie avec ses valeurs, son style de vie, et être proche des gens qu’on aime. J’ai un souvenir très fort de Putuoshan, une île sanctuaire en mer de Chine, du côté de Shanghai. Ma première visite en Chine ! J’étais encore au lycée. Je suis tombé sur un temple où avait lieu une cérémonie. Je me suis approché pour observer, et surtout écouter. J’ai fermé les yeux et suis resté une heure ou deux, je ne sais plus, presque en transe. C’était une expérience très puissante. Elle m’a appris à m’imprégner de la culture et de l’ambiance des lieux en arrivant dans un pays pour mieux les comprendre.

 

Merci Florent pour faire partager son expérience de voyage.

 

Si vous souhaitez voir d’autres interviews de voyageurs, regardez ici 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Pinterest